LE SYNDROME DE L’ANGE

Tensions entre Création et Critiques :

Le Syndrome de l’Ange ou l’Addition Soustractive

.

.

.

 

C’est l’histoire d’un sculpteur dévoilant à son public l’ange qu’il vient de sculpter et de ciseler avec amour et savoir-faire dans un bloc de bois plein.

 

Le public est immédiatement touchée par ce travail dont émane une puissante émotion.

Bien au-delà de ses imperfections.

 

Cependant, le sculpteur, conscient de ces-dernières, fait passer son œuvre auprès de chacun, en les invitant à la critique.

Chacun de ceux-ci se croit alors obligé d’y aller de sa remarque, témoin de son érudition et de l’intérêt qu’il porte à la chose.

 

L’un repère le nez de l’ange, un peu tranchant, l’autre perçoit des aspérités au niveau de ses cheveux, un autre encore trouve ses pieds rugueux,…

 

Le sculpteur prend note consciencieusement de chacune des remarques émises.

 

La nuit venue, il se remet au travail : coupe, affine, ponce et polit.

Au matin, son travail terminé : sans aspérité, lisse, doux…

 

Mais désormais, en main, il tient une boule de billard !

 

L’ange dans cette histoire n’est pas qui l’on croit…

 

Le syndrome de l’ange est également nommé « L’addition soustractive ».

Et croyez-moi, nous y sommes fréquemment confrontés…

.

.

Alexis de la Croix

Managing Director Orange Clignotant

 

(c) 2011 – Orange Clignotant

.

Laisser un commentaire